bandeau_site

Besoin d'un Rendez-vous?

Appelez-nous au
05 57 25 00 00

Actualités

LA CHIRURGIE MINI INVASIVE DE HANCHE

Pour diminuer les inconvénients de des voies d'abord classiques vu précédemment, des techniques moins agressives ont été développées, il s'agit des voies d'abord "mini-invasives" permettant un accès à la hanche en passant entre les muscles n’entrainant donc aucunes sections musculaires ni osseuses.

Cette préservation musculaire rend les suites opératoires moins douloureuses, moins hémorragiques, et surtout la réhabilitation fonctionnelle beaucoup plus rapide avec un taux de luxations post opératoires plus faible que dans les autres techniques.

Ces voies d’abord s’inscrivent parfaitement dans le protocole de récupération rapide après chirurgie pratiqué dans l’établissement.

Contrairement aux idées reçues, la chirurgie mini Invasive de la hanche n’est pas la chirurgie des mini-incisions. Elles sont certes petites, n’excédant pas en général 8 cm, mais ce n’est pas une finalité en soi ; il arrive d’ailleurs, quand la morphologie du sujet l’impose, qu’elle atteigne 10 cm, sans aucun inconvénient.

Il en existe 2 principales :

  • La voie antérieure de Hueter :

Le trajet de cette voie d'abord passe entre le muscle tenseur du Fascia lata et le muscle droit antérieur. 


  • La voie antérieure de Rottinger :

Le centre orthopédique du Libournais a été dans les premiers en France à importer cette technique. Il est devenu actuellement un centre de formation national reconnu pour les chirurgiens français et étrangers souhaitant apprendre cet abord chirurgical mini-invasif.

Il s'agit d'une variante de la voie de Hueter, qui permet également une préservation musculaire et tendineuse totale.

Celle-ci chemine entre le muscle tenseur du Fascia lata et le muscle moyen fessier

LA RECUPERATION RAPIDE APRES CHIRURGIE DE LA PROTHESE TOTALE DE HANCHE (RRAC)

grace

Ce type de rééducation peut être appliquée à l’ensemble des patients ayant bénéficié d’une chirurgie mini invasive du fait de l’absences de sections musculaires au cours du geste chirurgical.

La Clinique du Libournais a d'ailleurs été récompensée récemment par la certification G.R.A.C.E garantissant aux patients une prise en charge optimisée et sécurisée pour la récupération rapide après chirurgie. Seuls 410 établissements en France ont reçu cette distinction actuellement.


Le protocole RRAC vise à rendre l’autonomie au patient le plus rapidement possible en s’appuyant sur une gestion personnelle et efficace de la douleur et une prise en charge précoce, après l’intervention, par le kinésithérapeute du service.

Le jour même, quelques heures après votre intervention, l’équipe soignante de la clinique vous prendra en charge dans votre chambre pour :

  • Retirer vos perfusions
  • Retirer votre drainage
  • Mettre en place vos bas de contentions
  • Vous habillez avec les vêtements amples et confortables que vous aurez amenés.
  • Prise en charge par le kinésithérapeute pour effectuer à l’aide de vos cannes béquilles vos premiers pas.

 

L'objectif est un retour à domicile précoce en toute sécurité.

 

Vous marcherez le jour même de votre intervention et le retour à domicile est envisageable dans les 48 à 72 heures qui suivent voire le jour même dans le cadre de la chirurgie en ambulatoire.

Tout sera organisé à l'avance pour que les choses se passent le plus facilement possible.

Le patient est au centre de cette prise en charge et sa participation active est essentielle !

 

PROTHESE TOTALE DE HANCHE ET AMBULATOIRE

Depuis plus de 5 ans les autorités de santé encouragent l’hospitalisation en ambulatoire en élargissant le champ des interventions éligibles.

Actuellement la plupart des interventions légères en orthopédie relèvent de l’ambulatoire de manière quasi systématique (canal carpien, hallux valgus, arthroscopie du genou…)

En revanche des interventions réputées plus lourdes comme la prothèse totale de hanche deviennent accessibles à cette prise en charge ambulatoire du fait des progrès constants des techniques chirurgicales de plus en plus mini invasive et d’une optimisation personnalisée du traitement de la douleur.

Il permet au patient d’avoir accès à des soins efficaces et optimisés lui permettant une récupération rapide et un retour à ses activités quotidiennes naturellement et plus rapidement tout en diminuant un certain nombre de complications liés aux hospitalisations prolongées avec notamment une diminution importante du risque d’infections nosocomiales. Malgré ces nombreux avantages, la prise en charge en ambulatoire d’une prothèse totale de hanche ne doit pas être minimisé et le patient doit toujours être conscient des risques et des enjeux.

 

1. L’AMBULATOIRE ? QUEL PATIENT ?

La prothèse totale de hanche en ambulatoire est synonyme d’un patient acteur et actif dans son parcours de soins.

Ce dernier doit s’y préparer, être motivé et comprendre les enjeux et obligations liés à cette prise en charge.

Pour pouvoir envisager une prise en charge en ambulatoire, le patient doit remplir certains critères :

  • Absence d’antécédents médicaux majeurs.
  • Absence de facteurs de risques importants.
  • Accompagnement obligatoire par un proche lors de la sortie.
  • Présence permanente d’un proche lors du retour à domicile pour les 48 premières heures.

 

2. COMMENT CELA SE PASSE EN PRATIQUE.

 

  • LA CONSULTATION CHIRURGICALE

Au moment de la programmation de votre intervention, il est pris la décision de réaliser une prothèse en ambulatoire.

Cette démarche n’est jamais imposée mais seulement proposée au patient qui reste totalement libre de l’accepté ou non. A noter qu’il est bien sûr toujours possible de changer d’avis et de rester une nuit ou plus dans le service si vous le souhaitez au dernier moment. La prise en charge ambulatoire n’est pas une obligation ni contractuel !

Au terme de cette consultation, les soins post-opératoires nécessaires seront prescrits au patient de manière à ce que tout soit planifié avant l’intervention et à ne pas avoir à le faire en urgence au moment de la sortie.

 

  • LA CONSULTATION ANESTHESIQUE

L’anesthésiste va vérifier au cours de celle-ci que votre état de santé est compatible avec l’ambulatoire.

Si aucun problème de santé ne s’y oppose, le médecin anesthésiste remet au patient l’ordonnance de traitement de sortie.

Le patient doit faire ensuite le nécessaire en se procurant les traitements anti douleurs et prévoir les rendez-vous infirmiers et de kinésithérapie avant la réalisation de sa prothèse totale de hanche.

 

  • LE JOUR DE L’INTERVENTION

Vous arrivez le matin vers 7 heures dans le service avec vos bas de contention, vos cannes béquilles ainsi que tous vos documents administratifs dont le consentement éclairé daté et signé. 

Vous devrez absolument être à jeun depuis minuit, c’est-à-dire ne pas avoir mangé, ni bu et ni fumé.

Aucune prise médicamenteuse ne devra avoir été prise le matin de l’intervention excepté certains traitements que l’anesthésiste vous notifiera au moment de la consultation d’anesthésie.

Une préparation cutanée (épilation et douche) sera effectuée par l’équipe soignante à votre admission et une prémédication vous sera remise avant votre départ pour le bloc opératoire.

 

  • LE RETOUR A DOMICILE

Après accord commun du chirurgien, du médecin anesthésiste et du kinésithérapeute, la sortie peut se faire en fin d’après-midi.

La kinésithérapie est débutée immédiatement au retour du bloc comme vu précédemment. Elle comprend la marche avec les 2 cannes béquille, l’apprentissage des transferts et la pratique des escaliers.

Si les critères médico-chirurgicaux sont remplis, que les exercices de kinésithérapie ont été bien assimilés, et qu’on s’est assuré qu’un proche est bien présent à domicile pour la surveillance des 48 premières heures du patient, le retour au domicile est alors validé et peut se faire en voiture, en étant passager bien sûr !

 Un lien téléphonique direct pour contacter un chirurgien de l’établissement au besoin vous est remis.

 

  • LE LENDEMAIN

Une prise de sang au domicile est réalisée par une infirmière à domicile afin de vérifier notamment les plaquettes et globules rouges.

Une infirmière ou médecin de l’établissement contacte dans la journée le patient pour prendre connaissance de son état.

 

  • LES JOURS SUIVANTS

Le patient qui regagne progressivement son autonomie.

Il réapprend tranquillement, à son rythme, la marche avec ses cannes béquille et éventuellement un kinésithérapeute à domicile.

Les sorties en dehors du domicile sont possibles mais doivent se faire avec prudence.

Un rendez-vous de consultation avec le chirurgien est prévu dans les 15 jours suivants la sortie.




Référencé sur : Clictout - Tous droits réservés - ClictoutDEV [2013] - Mentions légales - Plan du site
Screenshots par Robothumb
De nouvelles actualités bientôt
De nouvelles actualités bientôt

Centre de Chirurgie Othopédique du Libournais

119 Rue de la Marne
33500 - Libourne

Tél. : 05 57 25 00 00